Vous êtes ici

Bulletin du RESPE n° 22

Edito : Eté 2007 : le RESPE sur le front de l'Artérite virale !!!

Jean-Yves GAUCHOT (1)

Bravo aux vétérinaires praticiens sentinelles du réseau qui, grâce à une déclaration réalisée dans le cadre du réseau « syndrome respiratoire aigu » (SRA) et la perspicacité du Laboratoire Frank Duncombe, ont permis d’établir un diagnostic rapide d’Artérite Virale (AVE) ! Vous avez été présents à tout instant lors de cette période estivale d’AVE. Certains d’entre vous avaient d’ailleurs dès le mois de mai tiré la sonnette d’alarme pour prendre les mesures sanitaires adaptées. Merci également aux épidémiologistes du RESPE : aux techniciens et cadres des laboratoires ainsi qu’à Estevan Guix et Christel Marcillaud-Pitel pour leur mobilisation à fournir en temps réel des données fiables.

Un comité de suivi, sous l’égide des Haras Nationaux, réunissant l’ensemble des protagonistes impliqués et en charge du sanitaire de la filière équine s’est mis en place au cours de l’été afin de diffuser les bonnes informations épidémiologiques dont la principale source fut le RESPE. Ce comité a permis d’harmoniser, dans un concert de rumeurs les plus folles, les mesures sanitaires pour les concours d’élevage et manifestations sportives équestres jusqu’au 16 septembre. Le comité a ensuite continué à participer à la réflexion pour aider les Studbooks et les administrations de tutelle à définir au mieux la politique sanitaire 2008 vis à vis de cette infection.
Un débriefing sur le mode de fonctionnement de ce comité s’est tenu fin septembre afin d’améliorer son efficacité pour les crises sanitaires à venir.

A l’AVEF, nous avions pressenti la nécessaire évolution du réseau RESPE pour lui donner plus d’ampleur et d’efficacité et ce dès 2005, particulièrement pour la gestion épidémiologique des maladies à déclaration obligatoire (MDO) et des crises sanitaires.

L’analyse de la gestion de la « crise AVE » ainsi que des dysfonctionnements de ce réseau nous ont confortés dans cette idée.

Après en avoir fait part à la direction générale de l’AFSSA et en accord notamment avec les autres partenaires « vitaux » qui lui ont permis d’exister, le Conseil général du Calvados et le laboratoire départemental Frank Duncombe, j’ai présenté au Conseil d’administration de l’AVEF une stratégie d’évolution du RESPE.

Dans le cadre réglementaire du décret 2006-1364 du 9 novembre 2006 et des articles L201 du code rural un RESPE 2 va naître dès janvier 2008. Il s’agira d’une association pilotée par l’AVEF, représentante des vétérinaires sentinelles et constituée de collèges où les différents acteurs sanitaires de la filière auront leur place : Pôle de compétitivité, Conseil général du Calvados, laboratoires, AFSSA, DGAL et DGFAR, Universités, Haras Nationaux, fédérations et organismes équestres, Commissions sanitaires des Studbooks.

Les moyens matériels et humains seront le fruit d’une étroite collaboration avec les institutionnels et les partenaires historiques de ce réseau.

Ainsi votre réseau d’épidémio-surveillance unique en Europe, créé à la « force du poignet » par la commission « Maladie Infectieuse » de l’AVEF et développé sur le socle d’une convention AVEF-AFSSA va prendre une nouvelle dimension faisant du vétérinaire sanitaire le maître d’œuvre dans l’épidémiologie et redonnant aux vétérinaires la vocation sanitaire qui est au cœur de nos métiers.

Une démarche de reconnaissance européenne sera parallèlement initiée dès 2008.

Quelle belle perspective pour nous vétérinaires de l’AVEF et du RESPE de pouvoir être la tête d’une telle réorganisation de ce réseau professionnel réunissant les acteurs de terrains et les scientifiques !

Le soutien de notre Ministère de tutelle via la Direction Générale de l’Alimentation (DGAL), dont l’actualité montre encore et toujours son attachement à la profession vétérinaire et aux tâches qu’il lui confie, a été remarquable dans cette démarche et ce dossier. Il mérite ici d’être souligné.

(1) Président de l’AVEF