Vous êtes ici

Bulletin du RESPE n°31

Edito : Le RESPE, un outil original exemplaire

par Jean-Luc CADORE (1)

Qui aurait cru en 1998 que l’initiative conjointement menée par un représentant de l’AVEF et un représentant de l’AFSSA en serait arrivé là en 2012 si ce n’est F. Valon, S. Zientara et les membres de ce réseau à l’époque et un hommage particulier peut aujourd’hui être fait à F. Valon pour la durabilité de son action et de son implication toujours novatrices au cours de ces nombreuses années.
La route a été longue, semée d’embûches institutionnelles et fonctionnelles, mais des opportunités profitables et la détermination de toutes les parties, sans oublier le Laboratoire Frank Duncombe et celui de Dozulé.

Maintenant le dispositif est d’une fonctionnalité exemplaire au point de faire école européenne.
Mais tout cela n’aurait pas été possible sans l’implication des vraies chevilles ouvrières que sont les vétérinaires sentinelles. On ne peut que se féliciter de pouvoir aujourd’hui réagir dans les règles de l’art dès la reconnaissance d’une alerte potentiellement dangereuse comme l’illustre très bien dans ce numéro la prise en charge des épizooties grippales du printemps 2012.

Parallèlement le travail minutieux des responsables des sous-réseaux avec le personnel statutaire du RESPE permet de fournir au lecteur un bilan très précis et précieux des différentes déclarations syndromiques dont la collecte et l’analyse sont un plus évident dans l’approche épidémiologique aujourd’hui.

L’implication des socio-professionnels des différentes filières équines, très novatrice, constitue une autre originalité très prometteuse pour augmenter le maillage de la surveillance et de la vigilance ; et on se souvient de l’implication particulière sur ce sujet de Tim Richardson et de ses collègues.

Tout ce travail est largement analysé au cours des CST menés de main de maître par Anne Couroucé épaulée par Christel Pitel et ses assistantes. Celui effectué au sein du Conseil d’administration est tout aussi remarquable d’efficacité avec une implication de l’AVEF mais aussi d’autres institutions permettant une approche plurielle paritaire efficiente.

Pour toutes ces raisons, le lecteur comprendra que le RESPE, comprenant notamment de vrais épidémiologistes, qui ne demande qu’une reconnaissance encore plus formelle et formalisée par les instances sanitaires nationales, est devenu une structure véritablement incontournable pour la préparation d’événements tels que les Jeux Équestres Mondiaux et que son implication à travers ses membres doit être privilégiée. Et c’est exactement pour cette raison qu’un chapitre est consacré aux aspects sécuritaires sanitaires concernant les déplacements et les rassemblements d’équidés, laissant alors la place à une approche cindynique (science sur l’évaluation des dangers et des risques) fondamentale de nos jours pour anticiper sur des crises sanitaires potentielles ou prévisibles.

(1) VetAgro Sup