Vous êtes ici

Bulletin du RESPE n°32

Edito

par Hélène BOURGUIGNON (1)

Le mois de juillet est déjà bien entamé, certains s’apprêtent à prendre leurs congés estivaux, mais pas question de répit sur le plan de l’épidémio-surveillance ! Si aucune crise majeure n’est à déplorer pour cette première partie de l’année 2013, le RESPE reste actif. La diffusion des alertes qui concernent non seulement le territoire français dans son ensemble, mais également de nombreux pays qui reproduisent le modèle français, nous rappelle que les maladies infectieuses ne s’arrêtent pas aux frontières, comme certains nuages, et que compte-tenu des échanges internationaux quotidiens et de la circulation des chevaux cette surveillance doit être globale. L’introduction de pathogènes qui nous sont familiers est un risque permanent auquel nous sommes préparés, mais l’occurrence de l’introduction de pathogènes plus « exotiques » ne doit pas être écartée. Qu’en est-il par exemple de la Peste équine ? L’article présenté dans ce bulletin fait le point sur ce sujet et permettra utilement à la plupart d’entre nous de se rafraîchir la mémoire. Les départements d’outre–mer ne sont pas oubliés dans cette édition, nos confrères sur place sont eux aussi les chevilles ouvrières de l’épidémio-surveillance nationale, que ce soit dans le cadre de la surveillance du virus de West-Nile en Guadeloupe, ou dans la détection d’un foyer d’anémie infectieuse sur l’île de la Réunion dont le cas clinique vous est présenté.

Les vétérinaires sentinelles sont la base du réseau, il était important que le RESPE développe ses relations avec eux mais aussi avec les socioprofessionnels qui en sont les bénéficiaires in fine. C’est dans cet objectif que s’est déroulée à Cabourg le 22 novembre 2012, la première journée d’information à destination des vétérinaires sentinelles et des socioprofessionnels de la filière équine. Cette journée a été couronnée d’un franc succès et a été plébiscitée par tous les participants. Il était important de poursuivre sur la lancée et c’est ainsi qu’en janvier dernier a été mise en place une enquête de satisfaction auprès des vétérinaires sentinelles du réseau. Cette démarche qui s’intègre dans tout processus qualité, était essentielle pour dégager les axes de développement futurs et répondre aux attentes des vétérinaires qui sont la pierre angulaire du système. Les résultats de cette enquête vous sont présentés dans cette édition du 32ième Bulletin du RESPE. Ils permettront à toute l’équipe qui anime le Réseau de continuer à faire vivre et grandir ce formidable outil.

Bonne lecture à tous !

(1) FNCF