Vous êtes ici

Mieux réagir face à un épisode de Fièvre de West Nile : un intérêt commun


Maisons-Alfort, 6 avril 2017 - RESPE et ANSES ont organisé une table ronde autour de la Fièvre de West Nile. Afin de revenir sur l’épisode qui a touché la France lors de l’été 2015, les deux organismes ont réuni tous les institutionnels impliqués dans la gouvernance comme dans la gestion de terrain de cette maladie, que ce soit pour le volet humain, équin, aviaire ou environnemental. Résumé.

 

Le RESPE, à l’origine de l’identification des deux premiers cas équins de Fièvre de West Nile en 2015, et l’ANSES, dont dépend le laboratoire national de référence pour cette maladie, ont souhaité organiser un table ronde afin de revenir sur l’épisode 2015 et d’en valoriser toutes les actions menées, d’échanger autour du bilan global et de réfléchir collectivement à la façon dont les acteurs, d’horizons très différents, pourraient se coordonner plus efficacement lors d’une prochaine alerte. Pour rappel, au total 49 cas équins ont été confirmés dans les départements du Gard, des Bouches-du-Rhône et de l’Hérault ainsi qu’un cas humain à Nîmes ; les derniers cas équins en Camargue remontant à 2004 et l’infection chez des oiseaux sauvages à 2009-2010.

 

La journée s’est déroulée en plusieurs étapes :

- un rappel règlementaire suivi d’un « retour d’informations » le matin durant lequel chacun a pu prendre connaissance du bilan des autres volets du dispositif ;

- un temps d’échanges en fin de matinée et durant l’après-midi, sous forme d’ateliers en petits groupes autour de 3 thématiques : gouvernance, dispositifs de surveillance et actions à déployer en cas de crise, gestion et analyse des données/communication/diffusion des informations ;

- une restitution et une discussion avec l’ensemble des participants.

 

A la fin de la journée, les 36 experts réunis ont alors pu dégager des axes d’amélioration pour un meilleur partage de l’information, une sensibilisation accrue des acteurs du dispositif comme des professionnels de terrain et le grand public, et une articulation plus étroite entre les différents volets de la surveillance et de la gestion de la Fièvre de West Nile.

Les conclusions de cette journée devraient être publiées d’ici quelques semaines.

 

Participants : ADILVA (Association française des Directeurs et cadres de Laboratoires Vétérinaires publics d’Analyses), ANSES - LNR, PF ESA, LPE (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail - Laboratoire Nationale de Référence, Plateforme nationale de surveillance épidémiologique en santé animale, Laboratoire de Pathologie Equine de Dozulé), ARS / CIRE (Agences Régionales de Santé / Cellules inter-régionales d'épidémiologie), AVEF (Association Vétérinaire Equine Française), CIRAD (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement), CNEV (Centre National d'Expertise sur les Vecteurs), CNR (Centres Nationaux de Référence), DDPP (Directions Départementales de la Protection des Populations), DGAL (Direction générale de l'alimentation), DGS (Direction Générale de la Santé), EFS (Etablissement français du sang), EID (Entente Interdépartementale de Démoustication), ENSV (École nationale des services vétérinaires), FDC  (Fédérations Départementales des Chasseurs), IFCE (Institut français du cheval et de l'équitation), LABEO, LDV (Laboratoires départementaux vétérinaires), ONCFS (Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage), RESPE (Réseau d'Epidémio-Surveillance en Pathologie Equine), SANTE PUBLIQUE France, SIMV (Syndicat de l'Industrie du Médicament et réactif vétérinaire), SNGTV (Société Nationale des Groupements Techniques Vétérinaires), Tour du Valat, VETAGRO SUP


Experts et institutionnels réunis autour d’un même sujet : la Fièvre de West Nile Ó Anses



Downloads