Vous êtes ici

Communiqué : Suivi des foyers d'anémie infectieuse équine dans le Var et les Alpes-Maritimes

Vous trouverez ci-joint le second compte rendu transmis par la DGAL concernant un second foyer d'anémie infectieuse équine déclaré dans le Var (83), ainsi qu’une note sur la situation sanitaire mise en ligne sur la Plateforme Epidémiosurveillance Santé Animale (PESA).

Ce 2ème foyer, en lien épidémiologique avec le premier cas, est localisé à Lorgues (83).

La DGAL nous informait le 27/12/2017 de la déclaration d'un premier foyer d'anémie infectieuse et de ses suites sur la commune de Contes dans les Alpes Maritimes (06). A ce stade, seuls 2 chevaux ont été déclarés infectés et euthanasiés.

 

Les mesures sanitaires ont été mises en place par les Directions Départementales de la Protection des Populations du Var et des Alpes Maritimes (DDPP83 et DDPP06), en particulier l’enquête épidémiologique, en lien avec la Direction générale de l’Alimentation (DGAL). Selon la règlementation en vigueur, une zone de surveillance d’un rayon de 2 Km a été défini autour de chacun des foyers et fait l’objet d’un arrête préfectoral. A l’intérieur de ces zones, un protocole est instauré pour éviter la propagation du virus : les mouvements d’équidés sont interdits et tous les équidés présents sont recensés et testés individuellement pour recherche d’anémie infectieuse.

L’enquête a pour objectif d’identifier les équidés ayant été en contact avec les deux cas pour connaître l’éventuelle circulation virale et déterminer l’origine des foyers.

Les équidés ayant été en contact prolongé avec les animaux infectés (détention commune, randonnées communes fréquentes, pâtures proches…) sont actuellement testés.

A ce stade de l’investigation, aucun lien ne peut être établi avec le précédent épisode d’AIE déclaré à Carcès en 2009.

 

L’enquête se poursuit et va s’étendre à la totalité des communes de Lorgues, Saint Antonin du Var et le Thoronet dans le Var, et  de Contes dans les Alpes Maritimes,  pour recenser tous les équidés présents avec le concours de l’institut français du cheval et de l’équitation (IFCE). Les vétérinaires sanitaires des deux départements sont sollicités pour participer à l’enquête et procéder aux prélèvements sur les équidés contacts identifiés. Le RESPE a également appelé ses vétérinaires sentinelles à la vigilance concernant la situation et sollicité leur collaboration à l’enquête avec les services vétérinaires.

 

Nous continuerons de vous relayer toute nouvelle information dès que transmise par les services de l'Etat.

N'hésitez pas à nous contacter pour tout renseignement complémentaire.

 

Informations pratiques :
RESPE - Réseau d’EpidémioSurveillance en Pathologie Equine
3 rue Nelson Mandela - 14280 SAINT-CONTEST
02 31 57 24 88 -
contact@respe.net

Contact Vétérinaire / Presse :
Christel Marcillaud Pitel, Directeur du RESPE - contact@respe.net 

 


Pour rappel, l’anémie infectieuse équine est causée par un virus de la famille des Retroviridae. L’infection aboutit à la persistance à vie du virus chez l’animal infecté, qui devient alors un réservoir du virus et une source de contamination potentielle pour les équidés environnants.

Seuls les équidés (chevaux, ânes, mulets et zèbres) sont sensibles à l’infection par le virus de l’AIE qui n’est donc pas transmissible à l’homme.

La transmission du virus d’un animal à l’autre se produit principalement par le sang, par l’intermédiaire de piqûres d’insectes hématophages (principalement les taons) ou lors de l’utilisation d’aiguilles ou de matériel médical souillé par du sang d’animaux contaminés. Il n’y a donc pas de contagiosité directe d’un cheval à l’autre.

Après une période d’incubation longue (> 15 jours), plusieurs types de manifestations cliniques sont recensées allant d’une forme clinique aigue avec hyperthermie importante (40- 41°C), anorexie, tachycardie, anémie sévère, hémorragies, subaigue avec une fièvre modérée persistante à une forme chronique (baisse de forme, perte de poids, anémie) voire asymptomatique. Les équidés peuvent ne présenter aucun symptôme lors de l’infection ou passer à cette forme après guérison. Ils restent cependant porteurs du virus.

Il n’existe pas de traitement de la maladie et seul un diagnostic de laboratoire permet de confirmer la maladie (test de Coggin’s).

L’anémie infectieuse équine est une maladie réglementée (décret n°2012-845 du 30 juin 2012), il s’agit d’un danger sanitaire de catégorie 1  dont la gestion est assurée par les services de l’Etat.


Pour plus d’informations sur la situation sanitaire et sur la maladie :

https://www.plateforme-esa.fr/article/deux-cas-d-anemie-infectieuse-des-equides-detectes-dans-le-sud-est-de-la-france-point-de

http://www.respe.net/system/files/20140617_N_AIE-GP.pdf

http://www.haras-nationaux.fr/information/accueil-equipaedia/maladies/maladies-infectieuses/anemie-infectieuse-des-equides.html?L=0



Downloads