Avec le RESPE on vous dit tout sur les maladies du pâturage ;)

Créé en 2002 pour surveiller la myopathie atypique, ce sous-réseau recense également les suspicions de maladie de l’herbe, ou Equine Grass sickness, depuis 2019 et s’étend depuis 2021 à l’ensemble des intoxications des équidés causés par des végétaux.

La myopathie atypique a une incidence variable d’une année sur l’autre. D’anecdotique, cette intoxication est devenue courante chez les équidés gardés au pré (75% des cas en 2022), les cas survenant principalement entre mi-octobre et fin-novembre, en présence de samares d’érables sycomores pour 40%. Des cas peuvent aussi survenir au printemps par ingestion des plantules d’érables sycomores.

Propriétaires d’équidés, vous pouvez vous aussi déclarer au RESPE les suspicions de myopathie atypique de vos équidés : en 2022, 27% des cas ont été déclarés par les propriétaires des équidés.

La maladie de l’herbe reste rare, il faut néanmoins y penser. Elle entraîne une dégénérescence neuronale affectant presque exclusivement des équidés ayant accès à l’herbe. Le RESPE a mis en place un nouveau protocole de prélèvements en 2022, les déclarations permettent de faire progresser le diagnostic et la recherche sur cette maladie encore mystérieuse.

Depuis 2021, le RESPE œuvre à structurer la surveillance des intoxications végétales chez les équidés. Un formulaire de déclaration sera accessible courant 2024. En attendant, les cas sont enregistrés par le RESPE et les centres anti-poisons, au fil des remontées effectuées par les vétérinaires ou les propriétaires. L’objectif est de centraliser les différents cas, les plantes toxiques et les situations d’intoxication pour améliorer d’une part les connaissances sur ces intoxications et d’autre part les moyens diagnostiques (diagnose plantes ou foin, analyses chimiques des composés toxiques).

Alors propriétaires n’hésitez plus, demandez à votre vétérinaire de déclarer votre équidé au RESPE si une myopathie atypique, une maladie de l’herbe ou une intoxication végétale est suspectée sur ce dernier.

A noter : dans le cadre du protocole de surveillance du syndrome maladies du pâturage, le RESPE propose une prise en charge des frais d’analyse de 50% pour la myopathie atypique (prise à 100% des analyses musculaires sur équidés morts), de 100% pour la maladie de l’herbe et pouvant aller jusqu’à 100% pour les intoxications par les végétaux.

Retrouvez ici toutes les informations sur les maladies du pâturage.