Fièvre isolée, quels sont les syndromes associés ?

La surveillance des équidés présentant un syndrome de fièvre isolée a fêté ses 10 ans en 2023. Il s’agit via ce sous-réseau de surveiller les équidés qui ont une forte augmentation de température, accompagnée d’autres symptômes évoquant les piroplasmoses.

C’est un sous-réseau qui totalise un nombre important de déclarations. Ainsi, en 2022 ce sont 222 déclarations qui ont été faites par les vétérinaires auprès du RESPE.

La surveillance des cas de « fièvre isolée » permet de mieux connaître les agents pathogènes à l’origine de ce syndrome. Il est ainsi possible d’améliorer la prévention et la prise en charge des équidés atteints. Les maladies concernées par ce syndrome sont les piroplasmoses, l’anaplasmose, et deux maladies réglementées, qui présentent des risques de diffusion et de mortalité : l’anémie infectieuse équine et la fièvre de West-Nile.

Alors propriétaires n’hésitez plus, si votre équidé présentant une fièvre isolée demandez à votre vétérinaire de le déclarer au RESPE.

A noter : dans le cadre du protocole de surveillance des fièvres isolées, le RESPE propose une prise en charge des frais d’analyse de 50%.

Retrouvez ici toutes les informations sur la fièvre isolée.