Les plantes toxiques pour les chevaux : à nous de les connaître pour leur éviter l’intoxication !

Avec le retour des beaux jours, les plantes poussent dans les pâtures, sur les bords des chemins…Il est donc nécessaire de reconnaître les plantes qui peuvent être toxiques pour les chevaux, que ce soit au pré ou lors de balades.

 

Les plantes toxiques pour les chevaux : à nous de les connaître pour leur éviter l’intoxication !

 

Comment les chevaux réagissent aux plantes toxiques ?

Naturellement les chevaux reconnaissent la plupart des plantes toxiques lorsqu’elles sont sur pied et ne les mangent pas s’ils sont nourris correctement, avec en particulier un apport de fibres appétantes à volonté. L’ingestion fraîche de plantes toxiques est donc le plus souvent accidentelle. Cependant, lorsqu’elles sont coupées, séchées et mélangées au foin ou aux litières, le cheval ne les décèle pas. Il peut alors en ingérer en quantité conséquente.

Les plantes toxiques pour les chevaux entraînent des troubles en cas d’ingestion. Selon la nature de la plante, la quantité ingérée, le poids du cheval, ces troubles peuvent aller des symptômes bénins à la mort en quelques heures.

Il est important d’être très vigilant vis-à-vis des plantes toxiques pour deux raisons principales :

  • d’une part, à la différence des ruminants, les chevaux ne disposent pas, au niveau de l’estomac, d’une flore bactérienne qui épure leurs aliments ;
  • d’autre part, les chevaux ne peuvent ni vomir, ni régurgiter les aliments nocifs.

 

Que faire si mon cheval a ingéré une plante toxique ?

Les plantes toxiques pour les chevaux : à nous de les connaître pour leur éviter l’intoxication !Lorsqu’il y a suspicion d’empoisonnement à la suite d’ingestion d’une plante toxique, il est recommandé :

  1. de ne jamais s’affoler, même si les symptômes sont alarmants.
  2. de noter les symptômes.
  3. d’appeler le vétérinaire.
  4. de prendre un échantillon du végétal ou du fourrage suspect.

 

Comment protéger mon cheval des plantes toxiques ?

Il est important de sécuriser l’environnement immédiat de votre cheval, d’une part en s’assurant que les clôtures et portes sont suffisamment robustes et d’autre part en éliminant les plantes toxiques qui sont à sa portée. Pour cela, il est conseillé de reconnaître régulièrement les végétaux présents dans les pâtures et les haies/talus auxquels les chevaux ont accès, à l’aide d’une flore[1]. Il est aussi à noter que le surpâturage favorise la colonisation de la pâture par des espèces indésirables potentiellement toxiques.

Soyez vigilant en randonnée ou en balade, en particulier lors des pauses, éviter les haies composées d’arbustes ornementaux / d’arbustes portant des baies, vérifier que les herbacées présentes à portée de votre cheval ne sont pas toxiques.

Il est également important de veiller à proposer à votre cheval un foin de bonne qualité, non déposé à même le sol, en quantité suffisante, le foin contaminé étant souvent responsable d’empoisonnements.

Enfin, si votre cheval se trouve dans un pré facilement accessible, pensez à mettre un panneau indiquant de ne pas nourrir les chevaux. En effet, le cheval sera moins vigilant vis-à-vis des herbes qui lui sont proposées par-dessus la clôture et pourra ingérer de manière accidentelle des plantes toxiques.

 

Quelles sont les principales plantes toxiques pour les chevaux ?

Les plantes toxiques pour les chevaux peuvent se répartir en plusieurs catégories, en fonction de leur accessibilité pour les chevaux et de leur toxicité.

 

Les plantes toxiques pour les chevaux : à nous de les connaître pour leur éviter l’intoxication !

 

Retrouvez ici une liste, non exhaustive, sous forme de tableau intégrant des détails sur les symptômes, la toxicité ….

Ici : lien vers le tableau exel

[1] Une flore est un ouvrage contenant la description scientifique des végétaux et fournissant les « clés » nécessaires pour déterminer un échantillon végétal